L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

©2020 rhum héritage

  • Noir Icône Instagram
  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône YouTube
Atelier de dégustation à domicile.png

D'AUTRES SITES A VISITER

DÉGUSTATION DES 4 DERNIERS EMBOUTEILLAGES D'EXCELLENCE RHUM




Vous avez sûrement déjà pu lire sur les réseaux les nombreux retours de dégustations des derniers embouteillages d'Excellence Rhum. Sortis lors du Rhum Fest Paris 2018, j'avais pu les goûter en compagnie de Flo Lenz et Alexandre Beudet, directement sur leur stand "le bar des nouveautés". Quelques semaines après l'évènement, j'ai eu le plaisir de recevoir à la maison, un kit presse, comprenant un magnifique coffret, des fiches de dégustations et un échantillon de 6 cl de chaque embouteillage. Je n'avais pas vraiment eu le temps de les déguster jusqu'à aujourd'hui (je ne voulais pas faire ça à l'arrache entre mes 2 Ti-Punchs quotidiens de l'été).


Lors de ce retour, je ne reviendrai pas sur les informations techniques liées aux bouteilles, car vous pouvez aisément les retrouver sur le net. Je me concentrerai uniquement sur l'analyse et les découvertes que j'ai pu faire lors de mon expérience.


GUYANA / PORT MOURANT - MPM - 2008 - 10 Y - 62.2% 70cl

Couleur paille. Brillant et assez dense, la robe et la texture du rhum sont assez plaisantes.

Le nez est développé et subtil. Au premier abord, son empreinte acidulée, me donne l'impression d'avoir des bonbons dans le verre.

Les arômes fruités de pomme granit et de poire, se mélangent à celles des fruits exotiques portés sur le melon et le corossol. Le côté acétique du dissolvant vient jouer au milieu de cette corbeille de fruits. Après quelques minutes, seul contre tous, le caramel s'impose en patron au centre du ring.

En bouche c'est puissant, expressif et épicé.

La menthe, la réglisse et le gingembre glissent sur le sucre chaud et les plantes médicinales.

La fin de bouche se termine sur le boisé d'une pinède.

La bouche est d'un équilibre déconcertant entre l'acidité, l'amertume, le sucré et le salé.

Une belle claque!

Je pense qu'il peut parfaitement accompagner un dessert glacé, façon trou normand en fin de repas.


JAMAIQUE / WORTHY PARK - WPL - 2007 - 10 Y - 57% 70cl

La robe vieil or de ce Jamaïcain est très séduisante. Limpides et grasses, les jambes redescendent très très très lentement dans le verre.

Les arômes embaument l'espace. Ce nez plutôt expressif et bouqueté, nous amène les fruits exotiques et les épices en paquet. C'est un nez plutôt gourmand, pâtissier, porté sur le miel, la vanille et l'amende amer. Vient dans la foulée une explosion de fruits exotiques bien mûrs. La mangue, l'ananas et la banane flirtent avec cette odeur de savon que l'on retrouve souvent dans les rhums Jamaïcains.

En bouche l'alcool se fait discret, vraiment bien intégré. Un côté fumé et des arômes de pain grillé, se mélangent au caramel maison. Le chêne et le cèdre apportent ce côté boisé en milieu de bouche avant de laisser la place à une légère touche pimentée en conclusion.

C'est plutôt long, avec un petit côté asséchant en fin de bouche.


Je pense qu'il peut parfaitement se marier avec quelque chose de gras. Genre du fromage. Ou quelque chose de sucré avec une touche d'acidité, genre tarte au citron, tarte à la framboise.


BARBADOS / FOURSQUARE – MBFS - 2006 - 11 Y - 62.8% - 70cl

La robe vieil or tire légèrement vers un ambre jaune.

Limpides et grasses, les jambes ne se pressent pas pour retourner à la source.

Le nez est assez subtil malgré ces 64 degrés. L'alcool est bien intégré et une sensation de fraicheur se dégage du verre. Comme souvent sur les rhums vieux de tradition anglaise, les épices et les fruits prennent beaucoup de place. En plongeant trop rapidement le nez dans le verre, quelques fourmillements nasaux m'ont rapidement rappelé à l'ordre me demandant de respecter les 62, presque 63 degrés du breuvage.

Des notes chocolatées et de sirop d'érable se mélangent aux fruits à noyaux dominés par la pêche et l'abricot. Une touche de solvant et de muscat apporte un peu plus de complexité.

En bouche ce qui me vient de suite est un petit côté salin, de la réglisse et du poivre. L'amertume de la mélasse balance avec la douceur de la vanille.

La résine, le pamplemousse et le piment doux viennent clore les enchères.

La finale est plutôt longue.

Ce rhum présente une belle ligne aromatique qui évolue bien au fil de la dégustation.

Un rhum bien structuré des fondations à la charpente.


Je pense qu'il peut bien accompagner un gâteau au chocolat ou un dessert au café. Pourquoi pas un tiramisu pour ne pas faire de jaloux!



FIDJI / SOUTH PACIFIC - SMF - 2004 - 13 Y - 65.5% 70cl

La robe du rhum est d'un or profond. Limpide et assez fluide malgré ses 65,5 watts, sa texture m'interpelle. Pourquoi? Pour faire un raccourci, plus le rhum est embouteillé à fort degré, plus il est chargé en congénères et plus le liquide devrait être gras, épais, avec pour conséquence d’accrocher les parois du verre avec force avant de retomber dans le verre.Ce qui n'est pas le cas pour ce Fidji. Si nous nous en référons à mon analyse de la texture, je crains que le bouquet aromatique qu'il a à nous proposer manque d'explosivité.

Le nez est plutôt discret et je décèle difficilement quelques notes de réglisse. L'alcool se fond bien dans le jus, si on ne plonge pas de trop près notre nez dans le verre.

En bouche c'est ultra puissant, chaud et épicé.

On sent bien la réglisse et le piment. Côté empyreumatique, des odeurs de silex, de pierre à fusil viennent apporter un peu de complexité. Je peine malheureusement à trouver les notes fruitées et l'astringence laissée en bouche ne vient pas arranger les choses. Je retrouve en bouche également un petit côté herbacé sur le foin et des plantes aromatiques portées sur le laurier, plutôt sympa.

La finale est plutôt longue et concentrée sur les épices.

Je l'ai trouvé un peu trop agressif et c'est clairement celui qui m'a le moins accroché.

Je pense qu'il peut se déguster accompagner d'un cigare pour les fumeurs ou avec une viande rouge pour son côté épicé et empyreumatique prononcé.



Voilà, j'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette dégustation.

Je tiens à saluer le formidable travail d'Excellence Rhum sur l'ensemble de leurs dernières actions et particulièrement ces 4 embouteillages. Pour moi (mais les goûts et les couleurs, sont très personnels) ça sera un 3 sur 4 ayant moins accroché avec le Fidji.

Je remercie chaleureusement, Alexandre.B, de m'avoir envoyé ces échantillons qui m'ont permis de vous faire ce retour de dégustation.


Peace!


Crédits photos excellence rhum.